cash advance

Phytothérapie

Les médecines complémentaires offrent la possibilité de réduire la consommation des hypoglycémiants oraux et paren- téraux de synthèse ou d’hémisynthèse lesquels sont souvent indispensables mais non dénués d’effets secondaires dans le traitement du diabète.

Un bon dépistage clinique et biologique permet de prévoir ceux qui risquent de manifester, à un moment donné de la vie, la maladie diabétique.

Dans cette première partie sont abordés la phytothérapie et l’oligothérapie qui permettent d’amoindrir les désordres com­portementaux lesquels génèrent une hyperinflation de média­teurs (interleukines, cytokines, facteurs de croissance, enzy­mes) néfastes autant pour la qualité que la quantité de vitalité du patient pré-diabétique ou diabétique déclaré.

 

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF

 

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF

La voie topique est très employée dans le traitement des problèmes rhumatologiques, traumatologiques ou sportifs :

  • En raison de la proximité du système locomoteur avec le tissu cutané
  • De la possibilité d’application sur une surface étendue en regard du siège de la douleur ou de l’inconfort
  • Mais aussi par l’association possible d’un massage manuel, qui active la microcirculation loco-régionale, permet une meilleure absorption des actifs, et procure une action sur la contracture musculaire, presque toujours associée.

Dans les spécialités classiques, les fabricants utilisent un nombre assez restreint de principes actifs, naturellement contenus dans les plantes et surtout dans les huiles essen­tielles (par exemple le camphre, le salicylate de méthyle, le menthol).

L’industrie pharmaceutique utilise depuis des décennies ces substances naturelles ou leur copie synthétique dans la for­mulation de pommades, crèmes, embrocations, gels, lotions diverses.

Ces principes actifs présents dans les plantes et leurs huiles essentielles possèdent pourtant dans les extraits naturels une action synergique, plus riche et modulée. De plus, leur nom­bre y est beaucoup plus important.

L’art de la formulation permettra de les mettre en œuvre de façon judicieuse.

La préparation magistrale permettra ainsi au médecin phyto- aromathérapeute une prescription beaucoup plus personnali­sée, qui se calquera sur la physio-pathologie du trouble dia­gnostiqué, et qui répondra aux modalités propres de notre patient.

Selon le Code de la Santé Publique en France, la préparation magistrale se définit comme « tout médicament préparé extemporanément en pharmacie selon une prescription des­tinée à un malade déterminé » (article L.5121-1).

Elle combine avec pertinence divers produits actifs afin de traiter la pathologie particulière d’un individu malade.

C’est surtout en aromathérapie que la voie externe est privi­légiée par de nombreux praticiens, du fait d’une intense pénétration cutanée des petites molécules liposolubles contenues dans les huiles essentielles, et elle évite l’absorp­tion orale qui n’est pas toujours bien acceptée.

Nous présenterons une liste de plantes et d’huiles essentiel­les utilisables localement avec leurs indications, agrémen­tées de quelques exemples de formulations magistrales. Le sujet pourrait nécessiter un ouvrage entier et cet article n’a aucune prétention à être exhaustif.

 

 

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF

 


 


A l’instar de la plupart des affections chroniques, les pathologies articulaires inflammatoires, qu’elles soient d’origine spécifique ou idiopathiques, d’origines mécanique post- traumatique ou encore immunologique, constituent un exemple de recours important aux médecines alternatives ou complémentaires (massages, acupuncture, aromathérapie, homéopathie ou encore phytothérapie). En effet, les stratégies thérapeutiques conventionnelles font appel à des médicaments non dépourvus d’effets secondaires au long cours (antalgiques, AINS, corticoïdes voire immuno-suppresseurs), d’où le souhait de nombreux patients de bénéficier d’autres traitements d’efficacité validée mais de meilleure tolérance et sans risques iatrogéniques. Cet article fait le point sur les données d’objectivation scientifique des principales plantes anti-inflammatoires et antalgiques susceptibles d’être conseillées ou prescrites en cas de pathologies ostéoarticulaires (rhumatismes dégénératifs ou inflammatoires, fibromyalgies ou encore pathologies articulaires d’origine auto-immune), que ce soit en phase aiguë ou en traitement de fond.

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF

Les biothérapies font désormais partie de l’arsenal thérapeutique des rhumatismes inflammatoires chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante et le rhumatisme psoriasique. Les biothérapies couramment utilisées sont les agents anti-TNFa (infliximab, etanercept, adalimumab et certolizumab), un anticorps ciblant le lymphocyte B (rituximab), un inhibiteur de la co-stimulation lymphocytaire T (abatacept) et un anticorps ciblant le récepteur de l’IL-6 (tocilizumab). Ces agents biologiques font preuve d’une très bonne efficacité dans les rhumatismes inflammatoires chroniques, avec une amélioration clinique, biologique, un contrôle de l’évolution de la maladie et une amélioration globale de la qualité de vie des patients. Ces biothérapies ont ainsi transformé le pronostic et la prise en charge de ces pathologies.

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF

Le contexte relatif aux plantes médicinales, tant en termes réglementaires que de tendances de marché et de pratiques professionnelles, ainsi que les idées reçues et certains aprioris, m’amènent à faire le point sur les tisanes ou infusions, soulever indirectement différentes questions et contribuer à éclairer les réflexions.

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF

?  La médecine chinoise emploie depuis des siècles sinon des millé­naires de très nombreuses plantes médicinales pour prévenir et trai­ter les maladies aiguës et chroniques, ainsi que pour sauvegarder une bonne santé physique et mentale. Pour cela, la connaissance de la pharmacopée chinoise, composée d'herbes, de minéraux naturels et d'extraits animaux doit être abordée avec la recherche de l'équi­libre des fonctions des organes.

La pharmacopée chinoise est intéressante à envisager dans nos contrées occidentales pour plusieurs raisons.

  • Elle apporte des connaissances botaniques et médicinales sup­plémentaires des plus variées, par le fait même de l'immensité géo­graphique de la Chine.
  • Elle représente un patrimoine médical reconnu par l'OMS, com­posée d'études cliniques et expérimentales encore bien vivantes de nos jours. Elle a surtout assuré la prise en charge de la maladie et de la santé et l'assure encore dans de nombreux pays d'Extrême- Orient.
  • Elle contribue à compléter la connaissance de la médecine chi­noise en Occident, pour le moment concentrée sur l'acupuncture, discipline efficace et de plus en plus plébiscitée par les médecins occidentaux, mais ne concernant qu'environ un cinquième de la pra­tique médicale chinoise.
  • Ouverte au monde occidental, elle pourra sans doute constituer un terrain de prédilection à la recherche scientifique et permettre la découverte de nouveaux principes actifs.
  • En France L'AFSSAPS (Agence Française pour la Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) a ouvert une commission de reconnaissance et d'étude de ces ingrédients, permettant par la suite un meilleur contrôle sur la qualité et la toxicité des herbes médicinales chinoi­ses.

 

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF 


 L’homéopathie ne considère pas la diminution des défenses immu­nitaires d’un coté et l’allergie de l’autre, elle les inclut dans la notion de dysimmunose. Le traitement homéopathique, régulièrement effi­cace associe des médicaments symptomatiques à des médicaments indiqués sur le terrain réactionnel général (ou diathèse) du patient. La psore tient la place principale mais le tuberculinisme et la Sycose y participent. Enfin le nécessaire drainage biothérapique permettra aux médicaments indiqués de déployer leur pleine action.

 

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF 

 

Identifiez-vous pour consulter les articles

Attention, pour créer un compte, accéder à l'ensemble des archives et intervenir dans le forum, vous devez vous abonner à la revue. Si vous êtes abonné, identifiez vous ou créez un compte.