Phytothérapie

Auteur : Pr  Kurt Hostettmann, Université de Genève et de Lausanne, N°55 Mars-Avril 2010 -
Le règne végétal, avec plus de 300'000 espèces de plantes supérieures, est depuis la nuit des temps la source de nombreux médicaments et le restera encore à l'avenir. Dans les pays industrialisés, près de 30% des médicaments prescrits par les médecins sont d'origine naturelle et parmi ceux en vente libre dans les pharmacies, plus de 40% sont d'origine végétale. Le pavot, mentionné déjà par les Grecs et les Assyriens, a fourni la morphine et ses nombreux dérivés utilisés encore maintenant pour traiter la douleur, la toux et la diarrhée. Hippocrate utilisait déjà l'écorce de saule qui est à l'origine du développement de l'aspirine. D'autres exemples historiques seront présentés. Certains grands médicaments ont été découverts au hasard. C'est le cas des anticoagulants oraux issus du mélilot. Plus récemment, le cancer, la maladie d'Alzheimer et la malaria sont traités par des substances issues du règne végétal. Les phytomédicaments sous forme d'extraits standardisés trouvent toujours plus d'adeptes pour les affections les plus diverses comme l'insomnie, la déprime, le stress, le manque de concentration, les troubles de la prostate et de la ménopause et bien d'autres encore.

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF

La canneberge plus connue sous le nom de cranberry, est actuellement très étudiée et commence à être bien connue du grand public pour son action dans les infections urinaires. Les composés actifs sont des proanthocyanidols, trimères de l’épicatéchol à liaison interflavaniques. L’hypothèse primaire d’une action due à l’acidification de l’urine est désormais abandonnée. On se tourne à l’heure actuelle vers une action empêchant l’adhérence des bactéries sur les épithéliums des voies urinaires. In vitro l’incubation des bactéries gram négatives comme Escherichia coli avec du jus de fruits de canneberge limite leur adhérence sur les cellules épithéliales. L’incubation des bactéries avec de l’urine de souris ayant ingéré une boisson à base de fruits produit des résultats identiques. De nouvelles études avec des composés éventuellement plus concentrés que le jus de fruit de canneberge semblent montrer des propriétés potentiellement prometteuses de la canneberge dans le traitement des caries et maladies parodontales mais aussi de certains cancers ou de troubles cognitifs des personnes âgées.

Identifiez-vous pour consulter les articles

Attention, pour créer un compte, accéder à l'ensemble des archives et intervenir dans le forum, vous devez vous abonner à la revue. Si vous êtes abonné, identifiez vous ou créez un compte.