L'infection par le Virus de l'Immunodéficience Humaine (HIV) résulte en une dégradation progressive de la réponse immune aboutissant au développement du Syndrome de l'Immunodéficience Acquise (SIDA). Parmi les mécanismes contribuant à cette progression, le stress oxydant ou oxydatif induit par la production de radicaux libres oxygénés (RLO) pendant l'activation leucocytaire et macrophagique, joue un rôle majeur. L'infection par le VIH est cliniquement caractérisée par une longue période de latence avant le déclenchement du SIDA. Une des étapes essentielles dans le développement de ce syndrome est l'activation du provirus latent intégré au génome cellulaire de l'hôte. De nombreux travaux de recherche fondamentale montrent que l'activation du provirus est corrélée à la production en excès des RLO. De nombreuses études cliniques ont mis en évidence par différentes techniques une production particulièrement importante de RLO chez les patients infectés par le VIH (mesures de l'indice de peroxydation lipidique, de la production de pentane dans l'air exhalé, etc.). Le résultat de cette production de RLO aboutit à la diminution de concentration intracellulaire et plasmatique de molécules essentielles à l'équilibre d'oxydo-réduction dans toute la physiologie humaine.

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF

Identifiez-vous pour consulter les articles

Attention, pour créer un compte, accéder à l'ensemble des archives et intervenir dans le forum, vous devez vous abonner à la revue. Si vous êtes abonné, identifiez vous ou créez un compte.