Le syndrome métabolique trouve principalement ses fondements biologiques dans trois mécanismes physiopathologiques interdépendants :
• La NASH (non alcoolique stéatose hépatique)
• Le stress oxydant
• L’insulino résistance
Pour prendre en charge ces mécanismes, la nutrition des composants du syndrome métabolique pourrait s’organiser concrètement autour de « l ’alimentation en 5 nombres ».

L’indice ORAC antioxydant, l’indice PRAL et le rapport Na/K équilibre acide-base, le rapport du crétois oméga 6/oméga 3 et enfin l’index-charge glycémique.
La micronutrition complémentaire pourrait associer l ’acide alphalipoïque, le chrome, le magnésium, la taurine, la vitamine D, les omégas 3, le romarin jeune pousse en macérât-mère et enfin les pré-probiotiques.

 

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF

Identifiez-vous pour consulter les articles

Attention, pour créer un compte, accéder à l'ensemble des archives et intervenir dans le forum, vous devez vous abonner à la revue. Si vous êtes abonné, identifiez vous ou créez un compte.