Ethno-botanique / Ethno-pharmacologie

Que des espèces disparaissent cela fait partie intégrante de l'histoire de la planète mais, au cours des derniers siècles, c’est par un coefficient situé entre 50 et 1000 fois celui du rythme naturel que l'Homme a multiplié leur rythme d'extinction. La majorité des espèces, au sein de nombreux groupes, ont vu s'amoindrir leurs effectifs, leur étendue géographique sinon les deux et 10 à 50 % des espèces seraient actuellement menacées d'extinction.

Dans les écosystèmes agricoles, l'intensification de l'agriculture et la diminution de l'utilisation des espèces locales traditionnelles en faveur d'un nombre plus réduit de variétés modernes ont provoqué une perte de la diversité génétique des plantes. En cas d’extinction d’une variété il est très important de pouvoir retrouver l’espèce originelle. La parade, imaginée il y a plus d’un siècle, en a été la création de « banques de graines ».

Auteur : Clothilde Boivert, Paris, N°51 Juillet-Août 2009

Abonnez-vous pour télécharger l'article au format PDF

Au cours de sa riche histoire, le Royaume Khmer a été influencé par diverses croyances et religions venues d’Inde, de Chine, puis plus tard d’Occident. La médecine traditionnelle khmère, qui pour des raisons historiques, culturelles, et économiques occupe aujourd’hui encore une place importante dans le système de Santé cambodgien, a su se nourrir de ces multiples apports. La préservation et la mise en valeur de ce savoir façonné au fil des siècles constituent un enjeu de taille pour ce pays en pleine mutation.

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF 

Influence de l'homme sur la biodiversité

TRAMIL est un programme de recherche appliqué, existant depuis 1982, dont le propos est de rationaliser les pratiques de santé basées sur l’utilisation de plantes médicinales. Cette recherche ethnopharmacologique s’est étendue vers pratiquement tous les territoires qui touchent la mer des Caraïbes, à travers la réalisation d’enquêtes utilisant une méthodologie uniforme. Sa mission est de valider scientifiquement les principaux usages traditionnels de plantes médicinales pour les soins de santé primaire. Son objectif est d’être le programme interdisciplinaire de référence dans la détection, la validation et la diffusion des usages de plantes médicinales ayant un impact sur la santé publique.

Le point de départ de TRAMIL est l’usage significatif de plantes locales à des fins médicinales, ces usages ayant été détectés grâce à des enquêtes ethnopharmacologiques. Ces résultats sont examinés par un groupe d’experts dans les domaines de l’ethnobotanique, la chimie, la pharmacologie, la toxicologie, la biologie et la médecine. Pour chaque usage à valider, une recherche bibliographique et une liste d’essais biologiques, phytochimiques et toxico- logiques manquants (TRIGS ou TRamil InvestiGationS) est établie. Les travaux correspondants sont exécutés dans les universités partenaires et les usages de plantes validés sont ensuite restitués aux populations selon des stratégies propres au pays concerné décidées par un atelier TRADIF (TRAmil DIFfusion). L’objet principal de notre article est de présenter le programme TRAMIL, sa méthodologie, ses derniers résultats et ses difficultés.

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF

Identifiez-vous pour consulter les articles

Attention, pour créer un compte, accéder à l'ensemble des archives et intervenir dans le forum, vous devez vous abonner à la revue. Si vous êtes abonné, identifiez vous ou créez un compte.