But : Une étude ethnobotanique a été réalisée dans cinq localités géographiques du Burkina Faso. Les objectifs étaient d’évaluer les connaissances des personnes sondées sur les plantes utilisées dans le traitement du paludisme et également de recenser les plantes les plus citées pendant la période de l’enquête sur le traitement du paludisme.

Matériels et méthodes - Les informations ont été obtenues par l’intermédiaire d’entrevues ethnobotaniques avec des vendeurs de plantes médicinales, des tradithérapeutes et des communautés de ces régions cibles. Ce travail a duré 3 mois de mars à mai 2011.

Résultats - L’enquête concernait 540 personnes dont 52,4 % de femmes versus 47,6 % d’hommes. L’âge moyen était de

40,12     ans ± 14,84 ans. Les personnes de religion musulmane, chrétienne et animistes représentaient respectivement 68,5 %,

25,2       % et 6,3 % des cas. Les personnes possédant un niveau d’instruction représentaient 32 % versus 68 % pour les non instruites.

Trente six espèces de plantes appartenant à 18 familles ont été recensées. Selon le mode d’approvisionnement en plantes, 85,5 % des plantes étaient obtenues par achat sur les marchés et 14,5 % étaient obtenues par la cueillette. Les feuilles étaient les pallies des plantes les plus utilisées (35 %), suivies des tiges seules (25 %), des feuilles + tiges (17%), des fruits (13,1 %) et des parties souterraines (9,8 %).

La majorité des plantes étaient préparées sous forme de décoctions (43 %) ou sous forme de poudres (21 %) ; les autres modes de préparation (infusions, cataplasmes etc) représentaient 36,1 %.

Les vingt plantes les plus recensées dans ce sondage ont été collectées, séchées, pulvérisées et feront ultérieurement l’objet de phytochimie et de tests parasitaires.

Conclusion - Le recours quasi exclusif de la population locale aux espèces végétales médicinales avec la mise en place d’un marché plus ou moins organisé de ces plantes ne peut qu’accentuer la pression sur ces ressources médicinales pouvant conduire à la disparition des espèces les plus vulnérables. Il devient donc urgent d’adopter une stratégie à long terme pour la sauvegarde et la préservation des plantes médicinales les plus utilisées dans les différentes zones d’étude du Burkina Faso.

 

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF

Identifiez-vous pour consulter les articles

Attention, pour créer un compte, accéder à l'ensemble des archives et intervenir dans le forum, vous devez vous abonner à la revue. Si vous êtes abonné, identifiez vous ou créez un compte.