Aromathérapie

Aromathérapie ou allopathie odorante

L’ensemble des informations qui parviennent à notre cerveau passe par les cinq sens principalement. Il est possible de considérer d’autres « sens » au sens plus large du terme, des sens comme le mental, l’intellect, l’intuition, l’inspiration, mais nous ne les développerons pas ici. Les cinq sens sont la porte du cerveau. Nous allons nous pencher sur deux d’entre eux : le toucher et l’odorat. Le monde moderne en général et la médecine académique en particulier ont laissé pour compte ces deux sens. En médecine, discipline où le corps devrait être le centre de toutes les attentions, le toucher diagnostique est de moins en moins employé au profit des « imageries » et des « quantifications ». Quant au toucher thérapeutique, en dehors de quelques gestes physiothérapeutiques, il est réduit à portion congrue au profit des thérapeutes non-médecins considérés avec condescendance par la pharmaco-industrie. Et l’odorat ? Qu’en reste-t-il en médecine ? Si ce n’est l’odeur des désinfectants dans les hôpitaux, quelques courageux projets infirmiers de bien-être par la diffusion des huiles essentielles et les études sur l’efficacité de l’aromathérapie pour la désinfection de l’air ambiant [1], l’odorat est, lui aussi, le parent pauvre de la médecine moderne. Et pourtant le chiffre d’affaires et les bénéfices de l’industrie des parfums pourraient faire quelques envieux chez les ministres occidentaux de la santé. Nous allons proposer quelques pistes de réflexion sur ces deux sens et tenter de les réhabiliter dans notre quotidien pour rendre notre vie plus joyeuse et plus simple. Le corps est un véhicule qui est naturellement en bonne santé si nous nous donnons la peine d’en prendre soin, d’en être le thérapeute (du grec therapon – ??????? - : celui qui prend soin de).

Abonnez-vous pour consulter ou télécharger l'article au format PDF 

Identifiez-vous pour consulter les articles

Attention, pour créer un compte, accéder à l'ensemble des archives et intervenir dans le forum, vous devez vous abonner à la revue. Si vous êtes abonné, identifiez vous ou créez un compte.